Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La clinique du sujet dans les institutions aujourd'hui Lyon

31 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

CYCLE DE CONFERENCES 2009/2010

La clinique du sujet dans les institutions aujourd'hui

 

 

La psychiatrie malgré elle

 

Vendredi 5 Février 2010 à 20h30

    Roland GORI

«DE LA PSYCHIATRIE A LA SANTE MENTALE»

Analyse anthropologique des formes de savoir sur le soin


Mercredi 7 Avril 2010 à 20 h 30

Eric JULLIAND

« L’OR, LE CUIVRE, LE PLOMB,

… ALLIAGES IMPROBABLES »

 

 

Mercredi 9 Juin 2010 à 20 h 30

René KAES

«EXTENSION DU CHAMP DES PRATIQUES

PSYCHANALITIQUES : CONSTRUCTION, RESISTANCES

ET TRANSMISSIBILITE»

 

 

 

 

GREPSY CONFERENCES - CH ST JEAN DE DIEU

290, route de Vienne - 69373 LYON CEDEX 08 - Tél. : 04 37 90 10 10 poste 29 00

 

(répondeur)

 

 

 

 

grepsy-conferences@arhm-sjd.fr

Les conférences se déroulent au Centre Hospitalier Saint-Jean-de-Dieu

(Espace Conférences Sanou Souro – salle 1)

Lire la suite

Retour sur le colloque du CEFFRAP Octobre 2009

31 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

Début sur les chapeaux de roue, à peine le temps de s'asseoir et René Kaes démarre déjà son intervention. Pour paraphraser Freud et son "on bat un enfant" il emploie la formule "on forme, on déforme un enfant". Il rappelle que former c'est rêver une forme . Le processus de formation est ancré dans une double scène : la scène interne (de la formation) et la scène externe celle du groupe. La formation confronte aux angoisses persécutives de la "dé-formation". Pour Kaës il n'y a pas de formation purement individuelle, il y a à la fois subjectivation, intersubjectivité et effets de groupe. Il s'interroge ensuite sur comment se forme les connaissances sur l'inconscient, quelles méthodes, quels objectifs ?
Il propose différents espaces : - le sujet de l'ics, mais aussi du lien, des alliances inconscientes
                                                         - l'espace du lien, il a sa propre réalité psychique
                                                          - celui du groupe, l'agencement des réalités singulières
Puis 2 autres espaces en arrière plan : l'institutionnel et le sociétal

René Kaës se place ainsi dans la poursuite des travaux de Pichon Rivière, Bion et Foulkes en y incluant sa notion d'alliances inconscientes. ci-dessous une conférence donnée dans un autre cadre



René Kaës se questionne également sur ce qui se transfère, ce qui est un des effets de la formation ; il distingue 3 rapports : de soi à soi, de soi à l'autre, d'une forme passée à une forme à venir.

Après René Kaës, et son propos dense, pas facile de capter l'auditoire surtout quand on joue l'esbroufe (Olivier Nicolle) ou que l'on s'accroche à la lecture de ces notes (Blandine Guettier).

 Il faudra attendre l'après-midi et l'intervention à 2 voix de Nadine Vander Elst et Guy Gimenez pour recapter toute mon attention.
L'exposé s'est développé à partir de trois questions : 
En quoi le dispositif psychodramatique est' il le lieu privilégié pour traiter les questions de filiation-affiliation?
Qu'en est'il de la dynamique du lien entre formateur et formé ?
Comment le dispositif psychodramatique permet' il cela ?

A partir d'exemples cliniques à partir des séminaires de 5 jours organisés par le CEFFRAP, les orateurs tenteront d'y répondre, notant aussi l'importance du fantasme d'être déformé.
Ils mettent en avant 4 axes de travail :
1 la dimension ludique, maturante et narcissique: apprendre sur soi, en groupe, sur les groupes, augmentation de la capacité de jouer, exploration des différents places dans des scénarii sans trop de risques
2 transformation potentiellement anxiogène et source de souffrances entraînant un changement de forme avec déliaison de ce qui est trop lié nécessaire à la reformation de nouveaux liens
3 le groupe permet de travailler le complexe fraternel
4 le travail de l'héritage avec les questions sur l'origine et la fin

Puis la journée s'est terminée par une table ronde sur ce que pouvait modifier la pratique des groupes sur notre travail individuel.

Question passionnante qui aurait méritée un colloque à elle seule, les différents intervenants ont cependant tenté d'en dire quelque chose. Catherine Desvignes s'est par exemple attardée sur la question de  la diffraction des transferts et ce que cela pouvait entrainer dans la façon de penser et poser le cadre.

Bref du bon et du moins bon, mais il n'est pas toujours aisé de faire passer ses idées face à un auditoire, je serais tout de même reparti avec de nombreuses questions à creuser et c'est tout de même là l'essentiel.


Lire la suite

Colloque "Vieillir' 13/02/2010

29 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

Lire la suite

Colloque "La satisfaction" 06/02/10 Paris

29 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

Colloque de la RFP La satisfaction
 Sous la présidence de Jean-Michel Porte, président de la SPP et Denys Ribas, Directeur de la Revue Française de Psychanalyse

 Samedi 6 février 2010 de 14h à 18h à l’ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, 75007 Paris
 Avec la participation de Chantal Lechartier-Atlan, directrice adjointe et les rédacteurs du numéro "La satisfaction", Geneviève Bourdellon et Vassilis Kapsambelis

Argument  La satisfaction est le but de la pulsion, mais celle-ci ne deviendra sexuelle qu’en perdant l’objet des pulsions d’autoconservation, sur lesquels elle s’étaye initialement. Ainsi apparaît le plaisir, dans le prolongement de la satisfaction, par l’intervention nécessaire d’un objet destiné à se fondre dans le narcissisme grâce aux autoérotismes. Entre les limites de ce qui est obtenu, et l’illimité de l’attente fantasmée, se situe la déception que l’on retrouvera particulièrement vive dans les pathologies narcissiques. Est-ce ainsi que l’objet de la satisfaction serait définitivement perdu ? Plus tard, la satisfaction n’est autorisée qu’à la condition d’une élaboration du désir, de sa déformation/transformation apte à tromper la censure ; c’est ce qui fait de la névrose le meilleur compromis entre les exigences contradictoires des instances et de la réalité externe. La transitionnalité du trouvé/crée de Winnicott pose le problème de la rencontre entre qualité du fantasme et réalité de l’objet. Quelle rythmicité illusion/désillusion permet la poursuite de la quête désirante et subjectivante ? Si le jugement de réalité est lié à la perte d’un objet ayant réellement apporté satisfaction, comment faire le deuil d’un objet insatisfaisant et comment échapper au leurre des pseudos objets, ceux de l’addiction ou du délire ? Comment restaurer l’épreuve de satisfaction dans la cure quand l’objet insatisfaisant, voire mélancolique, aura laissé le sujet s’installer dans une compulsion à répéter des expériences ne pouvant pas générer de satisfaction, ni dans la vie ni dans la cure ?

 Programme
13 h 30 Accueil des participants
 14 h Introduction par Denys Ribas
 Table ronde Modérateur : Vassilis Kapsambelis
 Martin Joubert - Un corps de rêve
 Geneviève Bourdellon - La satisfaction impossible ou l’attaque du bébé mutant vampire
 Chantal Lechartier-Atlan - “Satisfaction, plaisir et extase” selon Hélène Deutsch

 Discussion en table ronde et interventions de la salle
15 h 45 - 16 h 15 Pause

16 h 15 Table ronde Modérateur : Geneviève Bourdellon
 Nicolas Gougoulis - L’expérience vécue de satisfaction
 Jacques Angelergues - Expérience de la satisfaction vue des traitements parents-bébé
Vassilis Kapsambelis - L’absorptivité : travailler avec des patients psychotiques graves

 Discussion en table ronde et interventions de la salle

17 h 45 Conclusion Denys Ribas

inscriptions ici
Lire la suite

Colloque "Ferenczi aujourd'hui" 30/01/10 Paris

28 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

Samedi 30 janvier 2010

MATINÉE

Présidente de séance Marcianne BLEVIS

09h15 INTRODUCTION

9h45 Michelle MOREAU-RICAUD

Discutant Gérard COTTÉ

11h30 Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN

Le « roc du transfert »

Discutante Marie-Christine BAFFOY

APRÈS-MIDI

Présidente de séance Patricia ROSSI

14h15 Thierry BOKANOWSKI

S. Ferenczi et la clinique

des cas dits « difficiles »

Discutante Laura DETHIVILLE

16h15 Patrick GUYOMARD

 Discutant Pierre SABOURIN

17h30 CONCLUSION

Patrick AVRANE

inscriptions ici

 

Lire la suite

"De l’errance adolescente" Olivier Douville Lille 29/01/10

24 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

29 janvier 2010 :
Olivier Douville
 De l'errance adolescente                                                               


Lieu : ADSSEAD
23 rue Malus, Lille

Lire la suite

SDF et souffrance psychique

20 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #infos

L’observatoire du Samusocial de Paris et l’Inserm - missionnés par les pouvoirs publics - publient pour la première fois depuis les années 90, des résultats sur la santé mentale des adultes sans logement personnel en Ile-de-France.


Ces résultats montrent une proportion élevée de troubles psychiatriques sévères. La fréquence des troubles psychotiques est 10 fois plus importante qu’en population générale et celle des troubles dépressifs 4 fois plus importante et les jeunes sont particulièrement touchés.


Près d’un tiers des personnes (32%) présente un trouble psychiatrique sévère. Une personne sur cinq (21%) présente un trouble de la personnalité ou du comportement et plus d’une personne sur dix (13%) un risque suicidaire moyen ou élevé. Les addictions (dépendance ou consommation régulière) concernent 29% des personnes, une sur cinq est dépendante à l’alcool et 16% consomment régulièrement du cannabis.
 

Parmi les 18-25 ans, 4 sur 10 présentent un trouble psychiatrique sévère. Un jeune sur cinq est déjà dépendant à l’alcool et un quart consomme régulièrement du cannabis.


Un quart des personnes ayant des troubles psychiatriques sévères n’a jamais eu recours aux soins et près des trois-quarts de celles ayant eu un contact antérieur avec le système de soins n’étaient plus suivies au moment de l’enquête.

L’enquête a été menée par l’observatoire du Samusocial de Paris en collaboration avec l’unité Inserm 707 et un groupe de recherche pluridisciplinaire (InVS, Hôpital Ste Anne, OFDT, INPES). Huit cent cinquante neuf personnes ont été tirées au sort dans les services d’aide (centres d’hébergement, accueils de jour, points soupes …) et interviewées par un enquêteur et un psychologue. Les diagnostics ont été établis par un psychiatre.


L’enquête a été réalisée à la demande de la Préfecture et de la Mairie de Paris à la suite d’un rapport de février 2008 [1], pour fournir un état des lieux en vue d’améliorer la prise en charge et l’hébergement de ces personnes.


Pas de grosse surprise, même si certains chifres semblent sous-évalués, j'entends par là qu'il faudrait se plonger un peu plus dans la méthode de recueil de données (fichu DSM ou non ?) ce qui pourrait évidemment changer la donne. Néanmoins la faillite du système psychiatrique, la disparition du secteur comme autre chose qu'un découpage géographique etc .. mène de plus en plus de personnes vers la rue. Tristes chiffres, tristes situations et quand on sait que par endroit le s services hospitaliers ne veulent rien avoir à faire avec les "gens de la rue" !!

Lire la suite

Conférences SPP à Lyon

19 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

 

 

- Colette COMBE

Discutant Yves Jeannenot

Le corps de l’enfant malade et ses retentissements

dans la psyché adulte.

Jeudi 14 janvier 2010.

Lorsque quelqu’un a été malade dans son enfance, il en a

enfoui les traces psychiques et seules demeurent les traces

corporelles, qui n’ont pas de mots. Toute la stratégie de la

psyché mise en place après, est faite pour éviter de venir à

penser à ces temps où le corps a fait souffrir, et lui-même et

ses parents. Le corps a été en somme mis au secret.

Cette zone secrète peut se réveiller en entrant en résonance

avec la détection d’autres secrets, comme les secrets de

famille, eux aussi, souvent secrets sur la mémoire des corps.

Des traces de douleurs, de sensations corporelles énigmatiques

se manifestent en séance. Au travers des énigmes

familiales, en définitive, le patient parle de son corps.

C’est dans un long chemin de patience, en partageant avec

le patient la quête des secrets de famille, que se fera l’accès

au secret de son corps déshabité.

Cette compréhension ouvre un axe de réflexion sur les

impacts vitaux du regard, de l’écoute et de la parole des soignants

auprès de l’enfant hospitalisé et de ses parents.

Colette Combe est PsychanalysteMembre titulaire de la SPP (Lyon)

 

 

- Albert LOUPPE

Discutant Elsa Schmid-Kitsikis

Fantasme et image du corps.

Jeudi 18 mars 2010.

L’organisation fantasmatique s’inscrit dans les traces de

la construction de l’image du corps. Dans la cure, ce

double registre de l’image du corps et de l’organisation

fantasmatique, dans leur actualisation dans le transfert,

permet d’appréhender les vicissitudes du lien précoce à

l’objet et les modalités des premières identifications.

J’illustrerai ce point de vue en mettant en perspective

un fragment d’analyse d’adulte avec une psychothérapie

d’enfant.

Albert Louppe est Psychanalyste titulaire formateur de la SPP (Paris)

 

 


- Myriam BOUBLI

Discutant Joëlle Rochette

Corps, psyché, langage

Jeudi 29 avril 2010.

Les échoïsations maternelles, ses imitations de la sensori-motricité

de son bébé, reflètent à ce dernier ses propres états d’âme

ainsi que l’investissement pulsionnel de celui qui les reçoit, les

répète, les reflète. En même temps que la mère introduit l’écart

entre elle et l’enfant, entre une émotion ressentie et le

reflet transformé qu’elle en fait, elle apprend aussi à l’enfant

le jeu du soi avec soi. Nous réfléchirons à la fois sur l’importance

du travail d’échoïsation (dans la normalité du développement

comme dans la pathologie) et sur ce qui favorise ou

entrave le passage essentiel du soma au corps pulsionnellement

investi.

 

 

Myriam Boubli est Maître de conférence en Psychopathologie et

Psychopathologie clinique à l'Université d'Aix-Marseille I.

Psychanalyste membre titulaire de la SPP (Aix-en-Provence) et

vice-présidente du Groupe Méditerranéen

Salle MOLIÈRE

18-20 quai de Bondy 69005 LYON

à 20h30 précises

 

Lire la suite

"Crises paroles de psy" 22/01/2010 Paris

19 Décembre 2009 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

09h00 Accueil

09h15 Ouverture

09h30
PSYCHOLOGIE EN CRISE ? SOCIÉTÉ EN CRISE ?
Yves Clot
La fin du Yalta scientifique proposé par Lagache : le cas de la psychologie du travail

Louis Crocq
Déroulement psychologique de la gestion de crise
Après avoir rappelé les aspects généraux des crises (types, critères, partenaires), l'auteur décrit les trois grandes phases de la psychologie de crise (I/ découverte, II/ inventaire, III/ décision) et les stades qui les jalonnent (1.1/ perception des signaux avant-coureurs, 1.2/ perception des menaces et enjeux, 1.3/ diagnostic de crise - 2.1/ évaluation en gravité, 2.2/ évaluation en urgence, 2.3/ inventaire des moyens en situation dégradée, 2.4/ prise de conscience des incertitudes et impondérables - 3.1/ élaboration des décisions possibles, 3.2/ choix décisionnel, 3.3/ ordre d'exécution, 3.4/ suivi de l'exécution, 3.5/ diagnostic de fin de crise). Puis, il caractérise le vécu de chacun de ces stades sous les angles du cognitif, de l'émotionnel-affectif, du volitionnel et du comportemental, en insistant sur le phénomène de stress, qui peut aussi bien être mobilisateur que perturbateur ou inhibiteur. Il sera fait référence aussi à l'avant-crise (culture de crise) et à l'après-crise (nouvel équilibre, nouvelles mentalités). Des incidences concernant le profil psychologique du décideur, et des exemples de crises bien ou mal gérées sous stress illustrent ces considérations.


11h30
LA CRISE ET LES PROCESSUS QU'ELLE RÉVÈLE
Serge Tisseron
Derrière la crise, un nouveau paysage relationnel et psychique
Notre époque est marquée par une précarisation de tous les liens. Il s'agit des liens conjugaux, mais aussi familiaux et professionnels. La pression économique en est en partie responsable, mais aussi le paysage audiovisuel et les nouvelles technologies. Les bouleversements en cours contribuent à entraver le processus de refoulement et à donner au clivage psychique une importance accrue. Ce nouveau paysage, à la fois relationnel et psychique, modifie à son tour les conditions de l'empathie.

Christine Roland-Lévy
Effet du contexte de la crise financière sur les représentations sociales de la consommation: emprunt versus épargne
Quelles sont, dans le contexte de la crise financière, les représentations sociales liées à l'emprunt et à l'épargne d'une population française de tout venants âgés de dix-huit ans et plus ? Deux types de consommateurs se dégagent : les premiers se disent concernés par la crise économique alors que les deuxièmes ne se sentent pas concernés. La représentation sociale du crédit et de l'épargne des premiers est influencée par la représentation sociale de la crise et donne lieu à un certain type de conduites face à l'achat à crédit. En revanche, la représentation sociale, du crédit comme de l'épargne, pour les individus ne se sentant pas personnellement concernés par la crise actuelle n'est pas influencée par la représentation sociale de cette dernière et donne lieu à un autre type de conduites face à la consommation.

12h30 Déjeuner (libre)

14h00
LES EFFETS DE LA CRISE SUR LE PSYCHISME
Olivier Douville
Le collectif, à la différence de la collection ou de la massification, est nécessairement polémique.
Ce qui serait le plus menacé serait l'élaboration polémique des processus de construction du sujet et du collectif, soit les discours. L'effet de cette mélancolisation est double : a: mise en avant comme bien commun de l'idéologie sécuritaire qui chasse tout ce qui est hétérogène et/ou inattendu. b: fragmentation des modes du rapport à la vérité et donc du symptôme. Mélancolisation du lien ai-je écrit tant tout cette mise à la casse de l'intime détruit la matérialisation de l'existence sur plus d'une scène, aussi serait menacée la possibilité de fabriquer du milieu ou de porter de l'inédit à l'existence. Notre responsabilité est ici de favoriser des résistances, sans les prescrire.

Roland Gori
L'extension sociale de la norme et la servitude volontaire
Nous sommes aujourd'hui davantage dans une société articulée à la norme plutôt qu'à la loi, du moins une loi fondée par la démocratie politique. L'évaluation est le nom de cette soumission sociale librement consentie qui conformise les comportements et réduit la démocratie à une servitude volontaire. Comment les psychologues pourraient-ils aujourd'hui refuser de se transformer en instruments d'un Pouvoir politique qui traite l'homme en instrument ?
Lire la suite

Colloque "PAPA dans tous ses états..." le 19 janvier 2010.

19 Décembre 2009 , Rédigé par Gregory Goudal Publié dans #conférences


Le réseau Périnatalité Hainaut propose le mardi 19 janvier 2010 un colloque sur la place du père en périnantalité, au Pasino de Saint-Amand-les-Eaux (59)
Les axes retenus sont :
  • 1- Naître père
  • 2- Père et Maternité
  • 3- Regards croisés sur la paternité

Contact: Réseau Périnatalité Hainaut
CH Valenciennes- Avenue Desandrouins-CS 50479
59 322 Valenciennes Cédex
03 27 14 36 89
reseauperinatalitehainaut@ch-valenciennes.fr


Lire la suite
1 2 > >>