Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information sur les tendances fortes de la prochaine version du DSM V

19 Mars 2013 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #infos

Information sur les tendances fortes de la prochaine version du DSM V

 

 

Depuis deux ans, des psychanalystes de toute obédience se réunissent chaque mois pour tenter de promouvoir une alternative à la nomenclature hégémonique du DSM, en psychiatrie. Nous savons maintenant que la 5ème version sortira en mai prochain. Notre groupe de réflexion s'est organisé en ICS, Initiative pour une Clinique du Sujet. Nous vous avons informé avoir mis en ligne une pétition "stop-DSM" (www.initiative-arago.org/fr) et de l'organisation depuis deux ans une journée de travail réunissant des étudiants, psychiatres et psychologues, experts français et internationaux sur cette question. Notre groupe de réflexion a pu sensibiliser un nombre important de praticiens, quelle que soit leur orientation, aux dangers du DSM, par voie de presse, lors de colloques et de réunions.

ICS déplore lhégémonie dont cette classification bénéficie car elle est, hélas, congruente avec les dérives de lhyper médicalisation et pèse gravement sur laccueil, la spéculation diagnostique et la compréhension des symptômes, au profit d'une accélération des réponses qui transforme les symptômes en cibles livrées aux psychotropes sans autre discernement. Larrivée prochaine du DSM5 cherche à totaliser et à objectiver les comportements les plus divers.

Nous avons rencontré le Dr Allan Frances qui était le responsable de la « Task force » du DSM IV. Il a donné depuis sa démission et est devenu un des plus pertinents praticiens critiques de cette nomenclature.

Selon lui, dix points noirs sont à craindre:
1) Le Disruptive Mood Disregulation Disorder, va inclure beaucoup d'enfants colériques et probablement créer une nouvelle épidémie.

2) Le deuil, considéré comme pathologique au bout de 15 jours fait prévoir une sur-prescription de psychotropes.
3) Les troubles cognitifs mineurs vont inclure les actes manqués et la baisse de mémoire. physiologique avec l'âge ; un sur- diagnostic et une sur-médication sont à craindre.
4) Le syndrome déficit de l'attention avec ou non hyperactivité (TDAH) est étendu à l'adulte avec une sur-prescription de Ritaline.
5) la gourmandise ou les excès dans une période troublée seront diagnostiqués Binge Disorder
;12 excès en 3mois seront suffisants.
6) Les critères d'inclusion pour l'autisme ont été paradoxalement
resserrés mais ils sont assortis d'une promesse qu'il n'y aura pas d'impact sur les prestations des assurances publiques et privées qui aux USA concernent les prises en charge éducative.
7) Le premier abus de substance toxique est regroupé avec les abus durables alors que leur prise en charge est très différente.
8) Avec le DSM5 et son concept de "conduites addictives", un glissement dangereux
est possible : le plaisir peut être considéré comme une conduite addictive. Il faudra surveiller l'inclusion possible à terme (pour le moment repoussée) de l'addiction à internet et de l'addiction au sexe avec des programmes thérapeutiques lucratifs.
9) Confusion et délimitation imprécise entre le TAG ( trouble anxieux généralisé) et les soucis liés au quotidien, pouvant entraîner l'ouverture d'un grand marché aux tranquillisants.
10) Aggravation des problèmes posés par l'extension du syndrome de stress post- traumatique.
 

Tristan Garcia-Fons & Jean-François Solal

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article