Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

L’Intime, le Privé, le Public, une clinique du lien et de l’effraction…Les jeudi 18 et vendredi 19 mai 2017.

11 Avril 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Congrès de Hyères 2017

 

Renseignements et inscriptions IRP :
Bruno Manuel
06 60 99 59 47
manuel.13012@gmail.com
Retrouvez toutes les infos sur le blog: http://congresdehyeres2017.blogspot.fr

Jeudi 18 Mai Matin

Accueil 8h, Ouverture 9h-9h30.

Présidents du Congrès :
Pr René Kaës.
Pr Terezinha Feres Carneiro, Université Rio Janeiro.
Pr Maria Ines Asumpção Fernandes, Université Sao Paulo.

Parrainage :
Dr Serge Blisko : Président de la MIVILUDES Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes.
Pr Thierry Troussier : Université Paris Diderot, Directeur Chaire UNESCO Santé Sexuelle et Droits humains.
Pr Philippe Robert : Université Paris Descartes - Président Société Française Psychothérapie Psychanalytique de Groupe.

Présidente de la journée : Pr Terezinha Feres Carneiro.

Mal être et identités virtuelles à l'heure des nouvelles technologies.

9h30-10h Introduction Dr Pierre Benghozi : Président Institut Recherche en Psychanalyse du couple et de la famille, Fédération Européenne Psychothérapie Psychanalytique - EFPP-AIPCF : Effraction des contenants de l’intime, du privé, du public et radicalisation.
10h-10h30 Jean Michel Permingeat - Droit d’ingérence, une effraction ou une protection de l’enfance ?
10h30-11h Pause.
11h00-11h 30 Dr Serge Tisseron - Le désir d'ex/timité.
12h-12h45 Forum : Discussion intervenants et salle.

Président : Pr Michel Gad Wolkowicz.
Ouverture : Dr Serge Blisko : Effraction terroriste et radicalisation.
René Kaës, Jean Michel Permingeat, Serge Tisseron, Pierre Benghozi.

Jeudi 18 Mai Après-midi (1 re partie).

Symposiums Ateliers en petites salles 14h - 15h45.

1 - Effraction et périnatalité.

Présidents : Pr Thierry Troussier, Chantal Varnet.
Elisabeth Darchis - Des effrois dans la famille en périnatalité
Marthe Barraco - La naissance : rêve ou cauchemar

2 - L'insesctuel familial: Enfance adolescence effractée.

Présidents : Jean Michel Permingeat, Nathalie Rocailleux
Carole Roumegous, Catherine Jourdain, Isabelle Castillo
.
La protection de l’enfance à l’épreuve de l'inscestuel.
Marie-Christine Manuel - L'intervention à domicile : Entre effraction et symbolique.
Pr Jean Paul Durif - Aide en urgences aux familles victimes.

3 - Effraction familiale et narrativité.

Présidente: Caroline Majal Gransagne.
Françoise Mevel - Si l’intime était conté.
Catherine Combase - Trop près, Trop loin…

4 - Effraction et clinique de la transculuturalité.

Président : Dr Kourouma Boh.
Geneviève Platteau - Reconstruction des représentations du « père absent » d’enfants migrants.
Gisèle Medinger - L'intime dans les familles migrantes faisant partie d'une secte religieuse.

5 - Exil et clinique de la migration.

Présidente : Dr Monique Brillaux.
Claude Mesmin - L’effraction de l’exil et du parcours migratoire.
Francine Rosenbaum - Quelle clinique pour les migrants mineurs non accompagnés ? Une question de reconnaissance et d’éthique.

6 - Traumatisme et champ social: Réalité interne/réalité externe.

Président : Christophe Sy-Quang-Ky.
Henri-Pierre Bass - La clinique des idéologies et politique : conséquences effractives dans l'espace intime.
Dr Fabienne Cayol, Anne Marie Defolie - Les écorchés psychiques du lien social.

Jeudi 18 Mai Après-midi (2 e partie).

Président : Pr Philippe Gutton.

Clinique de l'effraction et coconstruction des dispositifs soignants.

16h-16h30 Pr Michel Delage - L’enfant et les séparations familiales.
Quand tout s’emmêle.
16h30-17h Daniela Lucarelli, Gabriella Tavazza - Liens de filiation et travail identitaire : implications privées et publiques.
17h-17h30 Edith Goldbetter Merinfeld - Résonance ou effraction?
17H30-18h Forum, intervenants et salle
Michel Delage, Daniela Lucarelli, Gabriella Tavazza, Edith Goldbeter Merinfeld.

Vendredi 19 Mai Matin :

Président de la journée : Pr Boris Cyrulnik.
Accueil 8h30.

Effraction des identités : L'intime étranger.

9h-9h30 Pr Maria Ines Asumpção Fernandes - Métissage et identité.
9h30-10h Pr Abdessalem Yahyaoui - Processus d ‘interculturation et faillite de la transmission.
10h-10h30 Pr Philippe Gutton - Clinique de l'effraction du public en l'adolescence.
10h30-11h Pause.

Éffraction et résilience narrative.

11h-11h30 Pr Daniel Derivois - Géohistoire de la rencontre clinique.
11h30-12h Pr Boris Cyrulnik -Récits intimes, récits publics.
12h-12h45 Forum discussion, intervenants et salle : Présidente Pr Régine Waintraiter.
Boris Cyrulnick, Daniel Derivois, Maria Ines Asumpção Fernandes, Abdessalem Yahyaoui, Philippe Gutton.

Vendredi 19 Mai Après-midi :

Présidente : Pr Régine Waintraiter.

Intime privé public : Une clinique des frontières.

14h-14h30 Pr Terezinha Feres Carneiro, Renata Mello, Andrea Seixas Magalhães - L’enfant parentifié, souffrance psychique et contexte familial.
14h30 – 15h Rosa Jaitin - Débordements du lien conjugal.
15h-15h30 Jean-Claude Maes - L’infidélité, une effraction dans le couple.
15h30-16h Pr Ouriel Rosenblaum - Histoire d’une contamination séropositive qui fait famille.
16h-16h30 Pr Philippe Robert - Ecoute intime, écoute privée.
16h30-17h Forum Discussion intervenants et salle : Pr Régine Waintrater,
Pr Terezinha Feres Carneiro, Rosa Jaitin, Jean-Claude Maes, Pr Ouriel Rosenblaum, Pr Philippe Robert.
17h –17 h30 Conclusion - Dr Pierre Benghozi, Responsable Scientifique.

Lire la suite

Groupe de lecture 26/04

27 Mars 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Prévu de longue date, le prochain groupe de lecture se réunira comme prévu le mercredi 26 Avril à 18h30 au CMP Nord de Boulogne sur mer

Au programme l'étude de 2 chapitres du livre "Le temps des glaciations" de Salomon Resnik dont nous avons entretemps appris le décès. Y a t'il un meilleur hommage que d'étudier ses écrits ?

Voici un hommage publié sur le site du quatrième Groupe

Écrit en ligne

EVEN-LE BERRE C. (dir.), Un hommage au psychanalyste Salomon Resnik, in Interlignes, http://www.quatrieme-groupe.org/, publié le 20 Fév 2017

 

Résumé :

Lorient, le 18 février 2017

Un hommage au psychanalyste Salomon Resnik

La nouvelle du décès de Salomon Resnik, le 16 février dernier, m’a profondément peinée et ce, d’autant plus qu’elle vient s’inscrire dans la liste des disparitions récentes de nombreuses figures marquantes de la psychanalyse groupale ; ami(e)s et collègues auxquels je dois énormément, qui ont tous eu le bonheur de côtoyer Salomon Resnik et auxquels je rends présentement, également hommage : Jacqueline Falguière, Jean-Marie Enjalbert, Jean-Claude Rouchy, Jacques Schiavinatto, Ophélia Avron, André Missenard …

Psychiatre argentin et psychanalyste membre titulaire de L’Association psychanalytique Internationale, Salomon Resnik a grandi auprès d’Enrique Pichon-Rivière avant de poursuivre à Paris puis à Londres, une trajectoire vigoureusement personnelle qui l’a amené à s’enrichir de la pensée de nos plus grands penseurs et théoriciens de la psychanalyse : M. Klein, W. Bion, D. Winnicott, H. Rosenfeld et E.Bick …

A Paris, où il a exercé la psychanalyse, il fut membre de la Société Française de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe (SFPPG) et en fut également le président de 1990 à 1994.

J’ai eu l’immense privilège de côtoyer ce grand homme, d’être destinataire de sa bonté et de cette attention à l’autre qui le caractérisait. N’ayant jamais aimé suivre les sentiers battus, son activité s’exerçait aussi dans des champs en lisière de la psychanalyse. On voit ainsi se dessiner un parcours où les chemins vicinaux étaient pour lui beaucoup plus attrayants que les voies toutes tracées des sociétés de psychanalyse et, je crois que partout où il se trouvait, il incarnait cette étonnante vitalité intellectuelle et émotionnelle qui produisait des effets étrangement contagieux : car il était aussi homme à aimer le langage simple et direct, celui qui traduit au plus près ce que les hommes vivent et ressentent.

Salomon Resnik, certes, nous laisse une œuvre théorique magistrale qui aborde des champs très diversifiés de la psychanalyse groupale comme étrange chimie collective et inconsciente, de la psychose de l’adulte, de l’autisme infantile, de l’archaïque maternel, du narcissisme destructeur ainsi que ses essais sur l’art et bien d’autres encore …  mais demeurait, avant tout, un clinicien dans l’âme qui s’attachait à saisir dans leur immédiateté et singularité les processus intra et interpsychiques. 

En ce qui concerne son activité d’écriture, elle fut foisonnante par de nombreux articles dans des revues allant de la Revue de psychothérapie psychanalytique de Groupe (RPPG)  jusqu’au journal de la psychanalyse de l’enfant en passant bien sûr par Le Coq-Héron et Connexions.

Lors du congrès de 2005 organisé par La SFPPG et la FAPAG, Salomon Resnik a abordé et séduit son auditoire par cette parole toute personnelle dont je me fais aujourd’hui, auprès de vous, porte-parole : « le monde invisible n’est pas constitué seulement de ce qui ne se laisse pas voir, mais aussi de tout ce qui n’est pas mis en relief dans le domaine du visible : quand la chose cachée à la lumière de la conscience acquiert une forme et se met en évidence, la réaction est celle de l’étonnement. En psychanalyse, quand on reçoit une observation interprétative de ce que l’on ne voit pas chez soi ou dans la vie quotidienne, la réaction est toujours : comment ne l’ai-je pas vu avant si c’était en face de moi ? Pourquoi cet aveuglement ? ». « Qui n’a pas vécu l’expérience de se promener au marché suivant le même itinéraire, durant des années, et d’être étonné un jour de trouver une plaque dans la rue Bonaparte à Paris : “ Ici habitait Édouard Manet, par exemple, comme ça a été mon cas “. Et de se demander : “Quand est-ce qu’on a mis cette plaque ici ? “. Et de s’entendre répondre : “Mais elle y est depuis toujours ! “. Comment ai-je pu ignorer un voisin si important ? Cette plaque avait toujours été là. En marchant avec ma femme dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, on a trouvé un jour une plaque disant : “ Ici a habité d’Artagnan “. Comment est-il possible que le héros gascon de mon adolescence soit si près de moi, ou en tout cas près de mon studio rue Bonaparte ? »

Salomon Resnik, ce même jour de septembre 2005, vous me glissiez à l’oreille à l’issue de votre conférence : “ Comme le fou qui regarde le doigt alors que le sage lui montre la lune “, notre société nous demande de regarder le doigt alors que derrière le doigt (les méthodes objectivantes), il y a une tout autre visibilité, la visibilité de l’inconscient.

Salomon, je vous rends hommage.

Catherine Even-Le Berre

Lire la suite

Lundi 06 Mars à Lille

5 Mars 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

 

Chers Causeurs,
 
Rendez-vous lundi 6 mars à l'Univers dès 19h30 pour notre première Causerie,
 
Catherine Heule et Jean-Philippe Parchliniak y évoqueront l’œuvre de l'artiste de rue BANKSY​
 
N'oubliez pas de réserver votre plateau repas hors-norme auprès de Stéphanie, à l'adresse
citywar@hotmail.fr

Au plaisir de vous retrouver lundi,

Les Causeurs.
A l'heure où les partisans de la norme fanfaronnent pour l'élever au rang d'idéal, dans un pays gouverné par un homme normal, dans un monde où statisticiens et sondeurs ont inventé l'homme moyen, c'est à contre-courant, comme à notre habitude, que nous choisirons de naviguer. La norme n'est pas notre tasse de thé, à nous que le goût du un par un oriente. La psychanalyse n'est pas une rééducation et elle s'est toujours distinguée du classique binaire normal-pathologique. Faire disparaître le symptôme, effacer ce qui cloche, lisser, viser le retour à la normale, loin de nous cette idée. Nous préférons, et de loin, faire l'éloge de la dinguerie !

 

Nous vous présenterons des hommes et des femmes hors-normes, personnalités originales et leur œuvre, culte, passée à la postérité, pour apercevoir que c'est toujours hors des sentiers battus qu'une œuvre aussi géniale soit-elle peut advenir. Hors de la norme, oui, mais pas hors du monde, car toujours il s'agit de trouver public et partenaire sur lequel s'appuyer, quand bien même serait-il analyste.

Pour une année encore riche de découvertes, l'équipe des Causeries s'agrandit et remet le couvert dans la joie et la bonne humeur pour une nouvelle saison, celle des déjantés. Là où la psychanalyse rencontre des créateurs hors-normes, mathématiciens, économistes, écrivains ou auteurs de musique pop, là aussi, elle s'interroge sur ce qui pour un sujet, peut faire norme en y imprimant son diktat.

 

Agathe Sultan,

 


Lire la suite

« La rencontre dans le soin psychique » Jeudi 2 mars à 18h30 Lille

26 Février 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Jeudi 2 mars à 18h30

« La rencontre dans le soin psychique »

Par Pierre DELION, ancien chef du Service de pédopsychiatrie, CHRU de Lille

Université Catholique de Lille

Amphi René Thery - 60 Boulevard Vauban

Ouvert à tous - Entrée payante, gratuité pour les étudiants

Lire la suite

Colloque du CILA

29 Janvier 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Lire la suite

groupe de lecture Boulogne sur mer

18 Janvier 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Le groupe de lecture se réunira le mercredi 01 Février à 18h30 au CMP Nord place Navarin. Ci-joint le texte étudié

Lire la suite

Séminaire 04/02 Paris

15 Janvier 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Collège International de Psychanalyse

et d’Anthropologie

LES SÉMINAIRES THEMATIQUES DU CIPA

Cycle de formation 2017

Co-animation : Christine Gioja Brunerie et Anne-Marie Leriche

Approfondissement des effets de la modernité dans la clinique :

« Précarités : les impensés de la mondialisation »

Samedi 4 février 2017, de 14h à 17h

La précarité à l’heure des grands bouleversements anthropologiques

avec

Patrick Cingolani et Sylvie Zucca

Institut Protestant de Théologie

83 Boulevard Arago 75014 Paris

Lire la suite

Formation psychodrame à Lyon

15 Janvier 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Le service de formation continue du département de psychologie propose une formation au psychodrame psychanalytique de groupe.

Cette formation sera dispensée par Bernard Duez : Professeur émérite de l'université de Lyon 2 , psychanalyste psychodramatiste et Christiane Duez psychanalyste psychodramatiste.

 

Veuillez trouver la plaquette de présentation et le lien qui vous permettra d'avoir les informations relatives à cette formation.

http://www.ucly.fr/formation-continue/educatif-social-medico-social-paramedical/formation-continue-psychodrame-psychanalytique-de-groupe-190968.kjsp?RH=1443727349853

 

Lire la suite
Lire la suite

En Belgique aussi, attaques contre la psychanalyse

11 Décembre 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

#

1.  Dans quel contexte a surgi cette loi belge relative aux professions de soins en santé mentale de juillet 2016 instituée par Maggie De Block, ministre des affaires sociales et de la santé publique?

 Le contexte est tout d’abord discursif. Ce que nous appelons la chute du père a deux sortes de retour. D’une part le retour d’un père fondamentaliste qui veut mettre au pas toutes les incohérences inhérentes à la vie humaine, d’autre part un discours scientiste, délirant, qui veut nous faire croire que tout peut s’expliquer par le chiffre. C’est ce discours qui est au fondement d’une volonté de soumettre le « mental » à l’Evidence-Based Medicine, comme si on pouvait mesurer les malaises du parlêtre de la même manière que l’on mesure le taux de sucre dans le sang. Oserais-je dire que le fondamentalisme est la vérité du scientisme évaluateur ? Oui, je le dis.

Ce discours ne se propage pas uniquement en Belgique. En France, un projet de résolution signé par 93 députés doit être déposé à l’Assemblée nationale au début du mois de décembre. Celui-ci exige de condamner et d’interdire la psychanalyse pour le traitement de l’autisme. Pourquoi condamner ? Qu’est-ce que cette touche morale qui s’introduit dans ce texte ? C’est que l’insoumission de l’autiste pousse à bout la bêtise du maître, et que le fait que la psychanalyse soit à l’écoute de ce sujet découvre le relief subversif de la psychanalyse.

Cette lecture du malaise discursif du monde actuel nous permet de comprendre ce qui s’est passé entre la loi sur les professions de soins de santé mentale qui a été votée en 2014 sous le mandat de la précédente Ministre de Santé Laurette Onkelinx et cette dernière loi de 2016 de Maggie De Block contre laquelle nous luttons. La première loi prenait en considération la complexité du terrain et ne cherchait pas à mettre la diversité du champ des psychothérapies au pas d’Une seule orientation comportementaliste et scientiste. Je considère que la loi 2016 est une réponse à la loi de 2014. Cette réponse est d’autant plus féroce qu’elle s’attaque à une certaine liberté reconnue par la loi de 2014, de la même façon que la guerre fondamentaliste est une réponse à la liberté sexuelle. C’est en cela que la loi Maggie De Block est une loi fondamentaliste.

 

2. Quels en sont les dangers tant pour les patients que pour les professionnels de la santé mentale?

Les praticiens de la santé mentale qui considèrent que le transfert et la parole sont les fondements de toute cure psy constituent la grande majorité des travailleurs sur le terrain. Avez-vous déjà rencontré un clinicien TCC ? Moi pas. C’est qu’ils ne sont pas nombreux ceux qui ont cette éthique et qui se soumettent aux exigences evidence based ! Mais rien ne garantit que cet état de fait va se poursuivre. Si cette loi n’est pas retirée, si elle réussit à s’appliquer, à long terme les praticiens de la parole, que leur orientation soit humaniste, systémique ou psychanalytique, disparaîtront progressivement du secteur publique car les institutions ne les engageront pas. Leur pratique sera jugée « non-consensuelle » et elle ne sera pas remboursée. Ils ne pourront plus être engagés dans les services de santé mentale ni dans les hôpitaux. Cela aura bien-sûr des répercussions sur le champ libéral. Les jeunes se soumettront à ces exigences tout simplement pour pouvoir gagner leur vie. Petit à petit, la communauté des praticiens de la parole disparaîtra. C’est déjà le cas dans des pays comme l’Autriche, l’Allemagne, l’Angleterre et les Pays-Bas où des lois semblables à celle de Maggie De Block sont en vigueur depuis de longues années.

En ce qui concerne les patients, le danger est qu’ils ne pourront plus bénéficier de soins adéquats. L’objectif premier de cette loi n’est pas de réduire les souffrances mais de ramener les souffrants au travail. Le législateur ne cache pas ses motivations de faire des économies par cette loi. Il part du constat de l’existence d’un absentéisme et d’un manque de productivité au travail, et il l’attribue aux « légères » difficultés mentales d’une partie importante de la population. Ceux qui souffrent de ces troubles légers n’auront pas de remboursement après cinq séances et seront obligés de reprendre leur travail. Ils seront abandonnés à leurs « petites » questions existentielles, et cette expérience les découragera à jamais de reprendre la parole.

Copel3

 

3. Le copel-cobes, collectif des praticiens de la parole a été créé en Belgique suite à l’entrée en vigueur de cette loi. Quel est son combat?

Le contexte dans lequel nous nous trouvons n’est pas corporatiste. Comme je l’ai dit plus haut, il est discursif. Il s’agit là d’une guerre entre deux discours qu’aucune conciliation ne rassemble. Le COPEL-COBES est parti d’un constat que la grande majorité des travailleurs de la santé mentale en Belgique s’oppose à la loi de Maggie De Block. Il nous a semblé nécessaire de créer un lieu d’où la voix de cette grande masse de travailleurs puisse s’entendre. C’est l’objectif premier du COPEL-COBES. La décision de créer ce « point d’où » a été prise lors d’un Meeting organisé dans un Centre Médico Psychologique à Bruxelles le 21 octobre, auquel 200 personnes ont assisté. Depuis lors, une liste électronique a été ouverte, et à ce jour 600 personnes s’y sont inscrites. La liste diffuse un texte par jour qui porte la voix des travailleurs de la santé mentale. Elle véhicule aussi des informations sur l’avancement de l’application de la loi. De petites vidéos amusantes y paraissent également chaque jour. Une manière de garder le moral face à la pulsion de mort inhérente à la loi De Block, ces vidéos témoignant au contraire de la vivacité de la parole.

La semaine dernière était organisée une manifestation contre les reformes de Maggie De Block dans le champ de la santé en générale. Entre 15.000 et 20.000 personnes ont participé à cette manifestation. Nous avons fait appel aux lecteurs du COPEL-COBES à faire entendre leur voix lors de cette manifestation et nous y étions bien présents avec nos panneaux très visibles qui ont suscité beaucoup d’intérêt, notamment dans les médias.

La lutte n’est pas terminée, loin de là. Il y aura une suite. Nous avons toutes sortes de projets de résistance. Vous le verrez dans les mois à venir. Nous voulons le retrait complet de cette loi. Rien de moins ne nous satisfera.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>