Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Argument pour la journée de formation du 14 Mai

a)    Anne-Lise DIET .

Les procédures et la désubjectivation 

 

Dans le contexte de l’hypermodernité libérale, la conjonction de la marchandisation généralisée, de la généralisation de la technologie informatique et d’un management directement inspiré du paradigme sectaire sont à l’origine d’une souffrance au travail qui atteint désormais tous les secteurs d’activité, de l’entreprise à l’école, des centres sociaux à l’hopital. La désinstitutionnalisation et la désymbolisation à l’œuvre, redoublant la violence économique et sociale, sont à l’origine de maladies, de dépressions et de suicides dont patronat et gouvernement se refusent toujours à analyser l’origine. A partir de l’analyse clinique de la contextualité et  des nouvelles modalités d’emprise désubjectivante qu’organisent, permettent et réalisent les procédures dans tous les domaines et registres où on les introduit, l’exposé visera à démonter les mécanismes et processus à l’œuvre dans leur destructivité mortifère et à indiquera les moyens de résister à leur attaques du sens de la pratique, du lien et de la subjectivité.

 

b)    Emmanuel DIET

 

Violence sociale, violence symbolique : les sujets en souffrance . 

 

Négligeant, contrairement à S.Freud la contextualité sociale et culturelle, une certaine psychanalyse s’est trop souvent, sous prétexte d’orthodoxie, enfermée dans l’exploration exclusive de l’intrapsychique  et de la réalité fantasmatique, excluant de sa pensée et de sa pratique  le contexte matériel,l’intersubjectivité et les problématiques du traumatisme, l’abord des souffrances narcissiques, identitaires et psychotiques .Pourtant, le travail analytique sur et dans les groupes , les pratiques thérapeutiques en institution, le travail interculturel ont permis de nouveaux et féconds développements de la discipline freudienne. Les changements à l’œuvre dans l’hypermodernité sont aujourd’hui à l’origine d’une maltraitance symbolique qui malmène les sujets, met à mal les processus de subjectivation et de transmission, disqualifie les organisateurs psychiques et culturels et produit de nouvelles pathologies et souffrances individuelles, groupales, institutionnelles et culturelles qui exigent d’être prises en considération dans leur spécificité. C’est dans cette perspective, et en s’étayant sur la clinique et la théorie psychanalytique des groupes et l’épistémologie du contre-transfert, que l’exposé se proposera d’articuler les dimensions sociale et psychique de la violence symbolique dans l’hypermodernité.

 

3-GROUPES de Discussion ; samedi après-midi.

 

a-Violences institutionnelles, violences interculturelles

   Groupe conduit par Emmanuel DIET

 

b-Violences dans les couples et les familles, violences intergénérationnelles .

  Groupe conduit par Anne-lise DIET

 

Les groupes sont des groupes de libre discussion  dans lesquels les participants sont invités à parler à partir de leur expérience professionnelle. Les analystes sont garants du maintien du cadre de travail . La confidentialité est demandée aux participants.

Partager cette page

Repost 0