Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sensibilisation au Psychodrame 23/06

17 Juin 2012 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #infos

Nous naissons, grandissons et vivons au sein de groupes, personnels et professionnels, qui nous sont si familiers que nous avons cessé de les percevoir, d’y penser, d’y réfléchir. Ce n’est qu’exceptionnellement que les groupes nous « parlent » : foules, fêtes et commémorations, réunions et colloques, etc. Ils nous portent ou nous pèsent, nous aident ou nous contraignent.

Nous sommes formés à écouter la personne, le Sujet. Peut-on écouter un groupe comme on écoute une personne ?

Le travail thérapeutique en groupe, ou en famille ou couple nous apprend qu’il est possible ou même indispensable d’être à l’écoute du groupe.

Se sensibiliser à cette écoute passe par l’expérience directe c’est ce à quoi nous vous invitons. Nous vous proposons de faire l’expérience du psychodrame.

Le psychodrame est une mise en scène, en action, par le jeu de situations qui posent questions. Cette découverte du groupe par le psychodrame est aussi celle de l’inconscient dans ses expressions intra et inter-subjectives.

Le groupe de sensibilisation peut constituer une expérience en soi, éventuellement renouvelable, ou être le préalable à une formation de longue durée .

Public : Professionnels de la santé (psychologues, psychiatres, psychothérapeutes, infirmiers, orthophonistes, psychomotriciens…), du champ médico-social (éducateurs, assistants sociaux…), enseignants, étudiants ou autres professionnels des champs institutionnel et social exerçant l'animation des groupes

 

Prochaine journée,

Le 23 Juin 2012.

 

Inscription obligatoire, places limitées 8 personnes maximum par groupe, constitué selon les psychodramatistes et les liens que les participants pourraient avoir entre eux.

Intervenants Laurent Rompteaux et Damien Queval

Lieu : Marquise (62)

Tarif :150 euros en formation professionnelle, 70 euros en formation  individuelle, 45 euros pour étudiants.

Chèque à l’ordre de l’Association Echoterra

 

Inscriptions : chèque à envoyer  avec le bulletin d’inscription ci-dessous à Trésorerie Echoterra 7 rue de la MARNE 62231 SANGATTE

  

Bulletin d’inscription :   Sensibilisation Psychodrame

Nom :                                                                           Prénom :

Adresse :

Téléphone :                                                               Profession :

Adresse mail :Nous vous recontacterons pour préciser le déroulement de la journée

L’association se donne le droit d’annuler cette journée si le nombre d’inscrits est insuffisant et opérera au remboursement des inscriptions. Quand annulation des inscriptions par les participants, le remboursement se fera intégralement moins les frais de port si l’annulation a lieu 3 semaines avant le début du groupe ; si plus tard le remboursement sera de 50%.

 

Lire la suite

Journée de réflexion Lille 25 Juin

12 Juin 2012 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

Diapositive1--2-.JPG

 

Diapositive2.JPG

Diapositive1.JPG

Lire la suite

Construire ensemble liens premiers, familles, institutions

5 Juin 2012 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

Congrès du 13 et 14 octobre 2012
Construire ensemble
Liens premiers, familles, institutions

La période périnatale, au sens large, est le temps fécond de la dynamique de l'après-coup des expériences antécédentes de l'histoire psychique des sujets du groupe famille actuel et générationnel. Cet après-coup peut être organisateur et source de croissance ou désorganisateur, jusqu'à la répétition des vécus de catastrophe non métabolisés de cette histoire et des processus défensifs qu'elle a nécessités.

 

De plus l'expérience périnatale a vocation à être la matrice de futurs après-coups, à l'occasion de toute nouvelle étape dans la vie. Les temps des (re)commencements, temps de la naissance-renaissance, mobilisent de grandes quantités pulsionnelles au risque du débordement traumatique, du fait, notamment, de la conjonction alors du travail de nativité et du travail de deuil originaire et des aléas qui ne manquent pas de surgir.

 

Diverses institutions contribuent à développer leurs ressources propres et leurs collaborations en vue de la meilleure mise en place possible de dispositifs d'accueil et de soins pour le bébé et sa famille : Maternité, PMI, Services Sociaux et Judiciaires, Équipes de psychiatrie d'enfants et d'adultes, etc. Comment sont-elles affectées, dans leur groupalité psychique institutionnelle, par le cours des événements périnataux, biologiques, psychologiques, socioculturels ? Quelles résonances émotionnelles, fantasmatiques se font jour entre l'institution et la famille ? Quels en sont les effets sur la qualité des liens premiers entre le bébé et son entourage ? Quels obstacles rencontrent-elles ? Quels processus défensifs sont-elles contraintes de déployer ? Quelles ressources mettent-elles en oeuvre ? Quelles modalités de réflexion et de formation en commun les professionnels, dans leur diversité, parviennent-ils à construire ensemble pour progresser dans leur métier malgré les multiples exigences de la réalité et l'épuisement qui, si souvent, les envahit ?

 

Quelle attention accordons-nous à l'enfant qui vient au monde et à ceux qui façonnent son berceau, dans le calme ou la tempête ? Et bien d'autres questions encore ! Nous nous proposons d'explorer les apports et les interrogations issus de l'approche psychanalytique des liens premiers, de la famille et de l'institution afin d'apporter notre contribution au développement de la clinique, de la théorie et des dispositifs appropriés d'accueil de la naissance ordinaire et de la souffrance qui peut émerger en ce temps des commencements.

Lire la suite

" Psychanalyse et politique, politique de la psychanalyse"Lille

3 Juin 2012 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #conférences

" Psychanalyse et politique, politique de la psychanalyse"

Journées de l’Association Patou

23 et 24 juin 2012

URIOPSS - Centre Vauban
199 rue Colbert
Bâtiment Douai - 5ème étage
59000 LILLE

 

Le sujet de l’inconscient freudien ne peut s’envisager indépendamment des discours qui l’instituent. Pour cette raison, la psychanalyse est une pratique qui touche au plus près à ce qu’on appelle « le politique ». De la Psychologie des foules, à L’homme Moïse, en passant par l’Avenir d’une illusion et le Malaise dans la civilisation, Freud le premier a mis l’accent sur la dimension politique de son invention. Et Lacan après lui n’a fait qu’en souligner la portée. On se souvient de son affirmation « L’inconscient c’est la politique » et de l’écriture des quatre discours qui en est le développement.

Tous deux prennent cependant bien soin de ne pas se prononcer explicitement quant à une éventuelle incidence politique de l’expérience. Cette position reste-t-elle tenable ? Parvenir au « malheur ordinaire » grâce à une analyse, cela change-t-il quelque chose dans le rapport d’un analysant au monde, aux institutions, aux pouvoirs ? Qu’il n’y ait pas de réponse a priori à cette question ne nous interdit pas de la poser, mais nous invite au contraire à penser en quels termes aujourd’hui elle pourrait se formuler.

Si la psychanalyse touche bien au rapport du sujet au politique, en retour les diverses pratiques du pouvoir ne se contentent pas d'ignorer l'inconscient freudien (c'est ce que nous pourrions espérer de mieux). Elles cherchent à l'exclure du champ des possibles par des attaques qui prennent de nombreux aspects : depuis les textes ou documentaires calomniateurs, jusqu’aux projets d’interdiction de la psychanalyse pour les autistes. La forme la plus achevée de cette volonté d'éradication de la psychanalyse est sans doute à l’heure actuelle la psychologisation généralisée, conforme aux idéaux néo-libéraux d’autonomie. C'est dans cette perspective qu'il faut envisager les récentes péripéties liées à la reconnaissance du titre de « psychothérapeute ». Cette conception entretient, à l’envers de la psychanalyse, la fiction d’un individu autonome, standardisé, hyper-adapté et responsable, considéré indépendamment de ses attaches institutionnelles, sociales et politiques. Comment dans un tel contexte penser une politique laïque de la psychanalyse ? Comment à l’heure du néo-libéralisme soutenir une conception du sujet qui en maintienne l'opacité et la singularité ?

Nous nous proposons de reprendre ces questions lors des prochaines journées de l’Association Patou les 23 et 24 Juin prochains. Un bulletin spécial sera distribué aux participants.

⌘ ⌘ ⌘ ⌘

Samedi 23 juin 2012 – 9h 12h30
Modérateur : Joëlle Frouard

Samedi 23 juin 2012 – 14h30 17h30
Modérateur : Catherine Denhez

Jean Cooren

Ouverture Catherine Weyrich La misère ?

Emeline Caret

"Il était une fois" Joëlle Frouard La fille pauvre de la psychanalyse

Marc Lasseaux

Désir du politique, politique du désir Christophe Scudéri Psychanalyse, révolution et capitalisme
Daniel Destombes, Karine Lavigne Se rendre présent aux fins de vie : psychanalyse du vieillir et de son accompagnement.  

Samedi 23 juin 2012 - 20h Soirée Festive précédée d’un spectacle offert par l’association

Dimanche 24 juin -9h30 12h30
Modérateur : Isabelle Lemaire

Lise Demailly Résistances de la psychanalyse au politique, résistances du politique à la psychanalyse
Georges Delcambre Voyager, guerroyer et au delà
Reprise et discussion à propos des questions évoquées au cours des journées et des textes ayant circulés.
Lire la suite

La psychanalyse en Palestine, 1918-1948

3 Juin 2012 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #livres

La psychanalyse en Palestine,1918-1948 , aux origines du mouvement analytique israélien

Guido Liebermann
Format : 23 x 15,5
Distributeur : Union de Distribution ; difffusion PUF
ISBN : 978 2-915789-53-9

Notre prix : 27 euros €

Cet ouvrage retrace l’histoire du freudisme en Palestine avant la création de l’État d’Israël. Histoire d’immigrations, de tragédies, de combats idéologiques et de fortes personnalités, sur fond d’antisémitisme et de montée du nazisme. L’immigration juive en Palestine apporte, par vagues successives, apporte des pionniers du mouvement freudien naissant (Mosche Wulff, Max Eitingon, Josef Friedjung…). Dès 1934, une nouvelle Société de psychanalyse y voit le jour. D’autres analystes moins connus, analysés sur les divans de Berlin ou de Vienne, poursuivent leur formation à Jérusalem ou à Tel Aviv et contribuent ainsi à son essor.

Pourtant, l’introduction de la psychanalyse dans la société juive n’aurait pas été possible sans l’inappréciable soutien apporté par quelques médecins, pédagogues et dirigeants sionistes gagnés à la cause psychanalytique. Ces précurseurs ont mené d’incessantes et rudes batailles pour l’introduire dans les nouvelles structures – écoles, kibboutzim, hôpitaux, université… – contre les autorités religieuses traditionnelles.

Ce livre est aussi l’histoire des résistances à la psychanalyse et des ambiguïtés de Freud à l’égard de la Palestine et du sionisme. Guido Liebermann, en interrogeant la réception de la psychanalyse en Palestine, nous plonge dans l’histoire du peuple juif et dans la douloureuse naissance de l’État d’Israël, en nous montrant toute la richesse de cette expérience unique.



Guido Liebermann vit et travaille près de Tel Aviv. Il est psychanalyste, historien, psychologue clinicien dans un hôpital psychiatrique attaché à l’université de Tel Aviv. Membre de la Société de psychanalyse freudienne (SPF) et de la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse, il a écrit de nombreux articles.

Lire la suite

Impardonnable Ferenczi

1 Juin 2012 , Rédigé par laurent rompteaux Publié dans #livres

Impardonnable Ferenczi, malaise dans la transmission

Yves Lugrin
Format : 13,5 x 21 broché 372 pages
Distributeur : Union de Distribution (UD), diffusion PUF
ISBN : 9782915789782

Notre prix : 28 euros €

Personnage central de l’histoire de la psychanalyse, Sandor Ferenczi (1873-1933) n’en reste pas moins encore en marge des auteurs classiques. Cette situation prolonge le malentendu qui a déchiré son compagnonnage avec Freud. Yves Lugrin pressent que ce malaise est l’écho de l’inaboutissement de l’analyse originelle, celle de Sigmund Freud. Sandor Ferenczi est l’initiateur de la psychanalyse didactique, c’est-à-dire de la nécessité pour chaque psychanalyste d’avoir été analysant. Pour lui, la question, toujours actuelle, de devenir et de rester analyste est donc cruciale. Yves Lugrin montre que son dialogue inachevé avec Freud permet de comprendre la question, à jamais ouverte et combien contemporaine, de la transmission institutionnelle de la psychanalyse. Dialogue qui retrace aussi les péripéties et les rebondissements de la naissance de la psychanalyse, en s’appuyant sur les correspondances de Freud, Fliess, Jung, Ferenczi, Rank, Jones et Eitingon.


Yves Lugrin est psychanalyste, membre associé de la SociéteÌ? de psychanalyse freudienne (SPF), et auteur de nombreux articles.

Lire la suite