Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Splendeurs et misères de la régression 07 Octobre Paris

6 Août 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

S’attacher à l’étude d’un concept aussi courant, aussi utilisé et peut-être aussi usé que celui de « régression » peut apparaître comme un défi ou au contraire une complaisance. La régression fait partie de ces processus psychiques que Freud considère comme « descriptifs » : ils peuvent se déployer dans des directions qui changent et se combinent entre elles fréquemment, et ils ne recèlent par eux-mêmes aucune valeur spécifique ou univoque. C’est dire la complexité de la notion, son caractère trompeusement banal et connu, car dès lors qu’il y a combinaison, les processus s’entremêlent pour se lier, se délier, construire ou défaire.

Au-delà de la distinction presque académique entre régression temporelle (la plus familière), régression formelle (la plus hiérarchique) et régression topique (la plus métapsychologique), la régression prend des tours et des détours grossièrement manifestes ou subtilement insidieux et volatils qui la rendent beaucoup moins saisissable qu’on pourrait le croire : c’est qu’elle imprègne l’inconscient et l’irradie, c’est qu’elle surgit au devant de la scène ou se cache dans les plis secrets du sommeil, du rêve et du transfert.

Splendeurs du retour au primitif dans les éclats de l’idéalisation, du narcissisme et de la toute-puissance des commencements, ou misères de l’impuissance, de la déréliction, ou encore de la persécution lorsqu’elle conduit dans les bas-fonds de la psyché ? Quels que soient les méandres des mouvements qu’elle déclenche, il nous faut bien admettre que la régression constitue un moteur puissant du fonctionnement psychique, quotidiennement présente dans la simplicité de la vie, inquiétante et énigmatique dans les dérives des maladies graves, attractive et dangereuse dans les traitements psychiques où règne le transfert, ses menaces et ses espérances.

Plaquette ci-dessous

Lire la suite

Revue française de psychanalyse

10 Juillet 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

 
 
 
Nous sommes très heureux de vous annoncer que
la R e v u e   f r a n ç a i s e   d e   p s y c h a n a l y s e
lance son site internet : www.rfpsy.fr

Il accompagnera chaque nouvelle parution, cinq fois par an, donc, en proposant des textes provenant de la revue papier mais aussi des contenus qui lui sont propres. Nous espérons vous y retrouver et qu'il sera un nouveau lieu de rencontre pour échanger autour de la psychanalyse…

En lien avec la parution de notre numéro « Psychanalyse dans la culture », nous vous proposons de découvrir l'entretien réalisé avec Stéphane Braunschweig, directeur à l'Odéon-Théâtre de l'Europe. Il y est notamment question de la place de l'inconscient dans ses mises en scène de théâtre et d'opéra. Vous découvrirez aussi sur le site qu'il y a 90 ans une certaine Marie Bonaparte contribuait largement à la création de la… Revue française de psychanalyse. Pour lui rendre un hommage bien mérité, nous vous proposons de (re)découvrir l'article que Rémy Amouroux lui a consacré ! Enfin, nous lançons une nouvelle rubrique sur le site intitulée « Freud dans le texte » : à chaque nouvelle parution, nous proposons en résonance un extrait d'un texte de Freud, volontairement sans commentaire. Pour illustrer la parution de notre numéro « Psychanalyse dans la culture », nous avons ainsi choisi « Passagèreté », texte au nom étrange et poétique en référence au terme qui existe depuis Buffon pour désigner la migration des oiseaux et qui, comme Laplanche l'indique dans son volume dans la traduction, ne fait qu'élargir son usage pour désigner ce qui est passager…

Bonne lecture, n'hésitez pas à nous écrire, à nous faire part de vos premières impressions et… à nous suivre sur Twitter !
Lire la suite

Colloque Les sexualités adolescentes 09/12 Paris

24 Juin 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Les sexualités adolescentes

samedi 9 décembre 2017 9h00 - 18h00
Association du Quartier Notre-Dame des Champs
92 bis, boulevard du Montparnasse, 75014 Paris

Intervenants : Valérie Adrian, Isée Bernateau, Éric Bidaud, Guy Cabrol,
Jean-Yves Chagnon,Fanny Dargent, Jacques Dayan, Vincent Estellon, Philippe Givre, Élise Pelladeau, Nicolas Rabain, François Richard,
Benoît Servant, Mi-Kyung Yi

***

« Qui pose des questions aura des mensonges en guise de réponse », ironisait Winnicott. Comment entendre et parler alors de l’(extra-)ordinaire de la sexualité dans les cures d’adolescent ? C’est bien souvent dans l’écart entre ce qui est dit et ce qui est montré que se loge la conflictualité inhérente au processus adolescent. Si les adolescents savent très bien ce qui les excite, la construction de l’identité sexuée reste quant à elle problématique. L’adolescent est un être sexuellement désorienté, malgré les identifications œdipiennes qui le travaillent. Son vif désir rencontre de puissants obstacles : l’inhibition ou, à l’inverse, une sur-sexualisation paradoxalement défensive peuvent en être l’issue.

En 1997, la Revue Adolescence publiait une monographie sous le titre Sexualités. En vingt ans, les nouvelles technologies ont considérablement modifié leur quotidien : connexion permanente démultipliant les « contacts », images et vidéos partagées, pornographie en libre accès… Si l’amour et la sexualité ont conquis les écrans et parcourent les réseaux sociaux, ces formes actuelles ont-elles pour autant profondément modifié les représentations et les conduites des adolescents ? De la même façon, l’évolution sociétale, et plus particulièrement la plus grande tolérance vis-à-vis des sexualités « minoritaires », a-t-elle eu un impact sur cet âge de la vie, marquée par l’entrée en force du courant sensuel ?

Si les modèles psychanalytiques de l’adolescence aident à penser les bouleversements de la puberté et ses effets manifestes ou latents, les sexualités plurielles sont-elles à entendre comme destin du polymorphisme de la sexualité infantile ou comme l’effet plus spécifique du processus de subjectivation adolescent réinvestissant l’infantile ? L'objet amoureux est-il aussi un objet subjectalisant ? Peut-on enfin concevoir ces sexualités plurielles comme des formes de « perversions transitoires » dont témoigneraient les bousculades (contre-) transférentielles ?

Comité scientifique : Marie-Christine Aubray, Fanny Dargent, Jacques Dayan, Nicolas Rabain, François Richard

 

Renseignements et Inscription obligatoire :
Chantal Cousin - 06 08 00 39 17

greuppado@club-internet.fr
www.revueadolescence.fr

Individuelle : 50 €
Étudiants, Demandeurs d’emploi (sur justificatif) : 15 €
Formation permanente : 100 €

N° de formation continue : 11 75 47215 75
Siret : 327 796 439 00013 APE : 732 Z
Prise en charge par un organisme de formation avec pré-inscription.

Mode de règlement : chèque à l’ordre du GREUPP.
Inscription pris en compte à réception du bulletin d’inscription accompagné du paiement posté à : Chantal Cousin 41 rue de Patay 75013

Inscrivez-vous dès maintenant le nombre de places étant limité

Lire la suite

Formation à la thérapie psychanalytique de couple

19 Juin 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Docteur Alberto Eiguer

154, rue d’Alésia. 75014 Paris

Psychiatre, psychanalyste

Ancien Médecin adjoint spécialisé à l’Institut Mutualiste Montsouris

Habilité à la Direction de recherches au Laboratoire de recherches psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse à l’Université Paris 5, Sorbonne-Cité, Institut de psychologie, EA 4056

Tél-Fax : 0145430162

albertoeiguer@msn.com

Numéro de formateur : 11 751704075

Code APE : 851C Pratique médicale

URSSAF : 757 51 0358692 001 006

SIREN : 414 159 111. SIRET : 414 159 111 00015

 

Programme de formation à la thérapie psychanalytique de couple

Enseignement théorico-clinique et supervision (2017-2018)

Conjugalité : le sexuel, la sexualité et le lien 2

 

DATES

THEMES et TITRES

DISCUTANTS

23 septembre 2017

Histoire

Nicole Edelman (2008) Alain Corbin. L’harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du Siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Revue d’Histoire du XIX Siècle, 185-242.

 

14 octobre

Mésententes sexuelles du couple

Sigmund Freud (1912) Sur le plus général des rabaissements de la vie amoureuse, in Contributions à la psychologie de la vie amoureuse, La vie sexuelle, Puf, 55-65.

 

25 novembre

Brett Kahr (2016) Cruauté sexuelle dans le lit conjugal… Dialogue, 2012, 25-38.

 

16 décembre

WH Masters, VE Jonhson (1970) L’éjaculation précoce, Les mésententes sexuelles et leur traitement, tr. fr. Robert Laffont, chap. 3, 95-112.

 

27 janvier 2018

WH Masters, VE Jonhson, Dysfonctionnement orgasmique…, Les mésententes sexuelles et leur traitement, tr. fr. Robert Laffont, une partie du chap. 8. 199-234.

 

10 février

WH Masters, VE Jonhson, Vaginisme et dyspareunie, Les mésententes sexuelles et leur traitement, tr. fr. Robert Laffont, Chaps. 9 et 10, 235-370.

 

17 mars

Pratiques en TPC

Françoise Payen (2011) Sexualité et parole en thérapie de couple, Dialogue, 193, 51-66.

 

26 mai

D. et J. Scharff (2005) L’analyse des rêves en thérapie de couple dans les problèmes sexuels, Le divan familial, 14, 89-100.

 

18 juin

Adriana Bouchat et al. (2009) L’approche sexologique du couple : une thérapie intégrative des troubles sexuels, Psychothérapies, 2, 29, 85-90.

 

7 juillet

Les PMA : scène sexuelle sans sexualité ?

Lidia Levy et Isabel Gomes (2015) Le don d’ovocytes et ses effets sur la conjugalité, Le divan familial, 34, 125-134.

 

Bibliographie complémentaire

Georges Abraham et Francesco Bianchi (2006) Sexualité et psychothérapie, Psychothérapies, 26, 83-86.

Gérard Bonnet (2012) Le rôle central des idéaux dans la vie de couple, in Soif d’idéal, Editions Philippe Duval, Chap. 4, 55-66.

A.-Eiguer (2010) Psychanalyse du libertin, Dunod.

A.-Eiguer (2016) Destin de la sexualité dans la thérapie psychanalytique du couple, Dialogue, 2012, 79-92.

La formation aura lieu au 154, rue d’Alésia, 75014 Paris, 4e étage dr. Métro Plaisance. Code :

Horaire : 14Hs. à 18Hs. Première partie de la séance est consacrée à la théorie et la seconde, à la supervision. Elle est adressée aux psychiatres, psychologues et psychanalystes. Pour s’inscrire, prendre contact avec l’enseignant par mail ou par téléphone. Entretien préalable. Prix : individuel, 75 €, la séance ; 750 €, l’année complète. Formation professionnelle : 900 € l’année complète. Nombre de places limité.

Lire la suite

René Kaës et le travail en séance groupale-familiale 7 et 8 octobre 2017 Paris

18 Juin 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Argument

La famille a pour vocation anthropologique, à partir de la donne biologique, de générer de nouveaux êtres, d’assurer leur devenir-sujet par la co-construction de liens intersubjectifs au sein du groupe qu’elle constitue dans l’environnement socio-culturel auquel elle appartient.

Le familial désigne l’ensemble des processus, conscients et inconscients, actuels et générationnels, qui animent la vie psychique de la famille, croissance et souffrance mêlées. Sujet, lien et groupe sont les trois polarités selon lesquelles le thérapeute, l’analyste déploie son attention et ses outils, en vue d’un mieux-être dans chacun de ces champs : tel est le socle clinico-théorique que propose René Kaës pour comprendre et transformer les ensembles pluri-subjectifs, dans la vie et dans la cure.

Il nous est apparu, au fil de l’expérience, si diverse, de thérapeute et de superviseur, de couple et de famille, que ce point de vue trilogique s’avère être d’une grande pertinence et fécondité. Il est, en même temps, d’une grande difficulté de mise en oeuvre. Certes, notre formation nous a appris à travailler avec le sujet singulier. Certes, la grande souffrance familiale constitue un défi pour le déploiement co-associatif du tissage des pensées issues de ces trois sources. De plus, le thérapeute est confronté, dans ce dispositif, à des modalités de liaison et déliaison pulsionnelle d’une grande complexité et intensité, propre à décourager plus d’un. Et pourtant, « elle tourne » la planète de la thérapie familiale psychanalytique et elle génère de la transformation progrédiente, à notre propre étonnement parfois.

Nous allons nous focaliser, dans ce Congrès, lors des conférences et des ateliers, sur le travail en séance, au plus près de l’expérience du familial, tour à tour chaotique, balbutiante et vivace. René Kaës nous apportera son précieux concours, tant par l’exposé en conférence de ses idées que par son goût pour l’aventure de pensée clinique puisqu’il sera « discutant – fil rouge » tout au long de ces deux journées destinées à apporter quelques clartés dans nos questionnements quant au familial, dans la vie et dans la cure.

Programme

Samedi 7 octobre 2017 de 9 h à 18 h (ouverture à 8h)

Matin
Président : Frédéric Missenard

  • 9 h-9 h 15. André Carel
    Introduction
  • 9 h 15-10 h 45. René Kaës
    Les processus associatifs dans les groupes et en séance groupale-familiale
    Discutant : Bernard Voizot
  • 10 h 45-11 h 15. Pause
  • 11 h 15-12 h 45. André Carel et Colette Le Barbier
    Questions à René Kaës

APRÈS-MIDI
Président : Bernard Voizot

  • 14 h 30-16 h. Philippe Saielli
    Les soubresauts du processus associatif dans la thérapie d’une famille en grande souffrance
    Discutant : André Carel
  • 16 h-16 h 30. Pause
  • 16 h 30-18 h. Ateliers
    1. Sabrina Arnault, Jean-Pierre Caillot et Philippe Saielli
    Atelier de sensibilisation au psychodrame psychanalytique de groupe
    15 participants au maximum
    2. Roger Lagueux et Maryse Lebreton
    L’expérience du groupe Balint
    15 participants au maximum
    3. Alain Rannou
    De la folie familiale à la folie institutionnelle
    Discutantes : Florence Carillo et Élisabeth Lévy
    4. Belinda Mezzo et Nevena Vlajic
    Quatre générations en thérapie familiale psychanalytique
    Discutant : André Carel
    5. Marilys Bagnères et Jeanne-Marie Bourreau
    Malléabilité du cadre et temporalité psychique de la famille
    Discutant : Olivier Taïeb
    6. Marina Corbi et Marie-Véronique Riou
    Le transfert des thérapeutes à l’épreuve du secret
    Discutants : Gilles Catoire et Frédéric Missenard
    7. Gilbert Thoumyre
    Une étonnante thérapie familiale psychanalytique : ruptures et ligatures relationnelles
    Discutantes : Marie-Amélie Dalloz et Jeanne Defontaine

Dimanche 8 octobre 2017

Président : Jean-Pierre Caillot

  • 9 h-10 h 30. Laure Devarrieux, Brigitte Houel et Colette Le Barbier
    L’écoute familiale pour une patiente hospitalisée : au bord du puits !
  • 10 h 30-11 h. Pause
  • 11 h -12 h 30. Sabrina Arnault et Jeanne Defontaine
    De l’auto-engendrement à la scène primitive au sein d’un travail familial
  • 12 h 30-13 h. André Carel
    Conclusion
Lire la suite
Lire la suite

Ophélia Avron "L'émotion source de connaissance"

10 Juin 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

Ophélia Avron propose une théorie des émotions s'articulant à la thèse freudienne de la sexualité infantile fondée plus spécifiquement sur une fonction d'interliaison psychique appelée « émotionnalité participative ». Cet ouvrage porte ainsi sur les dysfonctionnements de l'émotionnalité rythmique et présente les avancées, que rend possibles cette théorie, dans la compréhension et le traitement des dérégulations interpsychiques.

Lire la suite

L’inconnu, l’étranger, l’étrangéité 18/11

20 Mai 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

LES « RENCONTRES-DEBAT » DU CIPA

Psychanalyse et Anthropologie critique

 

L’inconnu, l’étranger, l’étrangéité

Samedi 18 novembre 2017

de 9 h à 18 h – Salle Lisbonne

FIAP, 30 rue Cabanis, 75014 Paris (métro Glacière)

 

avec

Agnès Antoine, Annie Benveniste, Michel Brouta, Marie-Laure Dimon,

Olivier douville, Christine Gioja Brunerie, Anne-Marie Leriche

Jean Nadal, Alexis Nuselovici, Jacob Rogozinski, Georges Zimra

CIPA

Collège International de Psychanalyse et d’Anthropologie

contact@cipa-association.orgwww.cipa-association.org

Lire la suite

Rendre hommage à Jean-Claude Rouchy

11 Avril 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

DEMI-JOURNEE SCIENTIFIQUE

Rendre hommage à Jean-Claude Rouchy

Son histoire, Son parcours,

Ses théorisations et Ses concepts

Samedi 17 JUIN 2017

De 14H30 à 18H

Pour s’inscrire : Bulletin d’inscription

L’association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok vient rendre hommage à notre ami et collègue Jean Claude Rouchy disparut le 6 avril 2016, à l’âge de 85 ans. Psychanalyste, psychologue clinicien, grande figure de l’analyse de groupe, il a été membre fondateur en 1999 de notre Association, Secrétaire général jusqu’en 2011, puis Secrétaire scientifique jusqu’en 2016. Par ailleurs, il a été membre de la SFPPG et son président (1982-1986), rédacteur en chef de la RPPG, membre fondateur en 1959 de l’ARIP, membre fondateur en 1995 et Président  de Transition, membre de l’Association transculturelle de Groupe,  rédacteur de la revue Connexions depuis les années 1970 et président de la FAPAG. Il a été fortement impliqué à l’EFPP et dans de nombreux lieux de recherche, de formation ou d’enseignement.  La personnalité de Jean Claude Rouchy, humaine, dynamique et attentive, a marqué une époque. Son travail rigoureux, ses connaissances pointues et sa pertinence clinique, laisseront un bel héritage dans la psychanalyse.

Lors de cette rencontre scientifique, nous reviendrons sur son parcours et sur des aspects forts de ses recherches, théorisations et travaux.

 

SAMEDI  17 JUIN 2017

Accueil à 14H15

Modérateurs des discussions de l’après midi 

Edith Schwalberg et Frédéric Tordo

14H30 Introduction par le président

L’histoire de Jean Claude Rouchy, cofondateur de l’association par Claude Nachin

15H15 La groupalité et le transfert dans le parcours de Jean Claude Rouchy, par Elisabeth Darchis

16H Pause

16H15

Lecture à deux voix d’un texte de Jean Claude Rouchy par Françoise Lamm  et Stephan Bollaert

17H Echanges libre en hommage avec la salle

Coordination avec Chantal Rodet et Henri Bartolli

17H30 Conclusions

 

Lire la suite

séminaires de formation La PHOBIE selon NIcolas ABRAHAM et Maria TOROK

11 Avril 2017 , Rédigé par laurent rompteaux

La PHOBIE selon NIcolas ABRAHAM et Maria TOROK

THEORIE, Clinique et cure

Vendredi 5 Mai 2017

 

Pour s’inscrire : Bulletin d’inscription

Ce séminaire de formation est fondé sur la conception et la pratique de la psychanalyse et de la psychothérapie analytique avec Nicolas Abraham et Maria Torok et il a lieu chaque année au mois de mai sur un thème particulier.

La session, sur un ou deux jours, donne lieu à des exposés, des discussions, des études de textes, des présentations de cas cliniques qui peuvent être apportés par les formateurs et par les participants.

Ce séminaire du Vendredi 5 mai 2017 à Paris déclinera : Le travail du psychanalyste avec la phobie.

« Un fantôme de phobie présente ce caractère particulier qu’il vient hanter pour inciter à dénoncer une peur parentale occulte et jamais formulée » (Abraham N. et Torok M. 1978-1999, L’écorce et le noyau, p. 440)

Public : Psychothérapeutes, psychanalystes, praticiens et professionnels dans le domaine médico-psycho-socio-éducatif.

Autre candidature possible après accord sur demande. assoc.abraham.torok@orange.fr

 

VENDREDI  5 MAI 2017

En matinée :

Accueil à 9H45

10H à11H : Table ronde en plénière

Les théorisations sur la phobie

Autour de  Claude Nachin

Henri Bartolli, Edith Schwalberg, Stephan Bollaert

11H à 11H 30 Pause et dédicaces

11H 30 à 12H 30  Conférence et discussion

Histoire de peur : retour du refoulé ou du fantôme ?

Françoise Lamm

L’après-midi:

14H30 à 15H30 Conférence et discussion

Les phobies au temps de la grossesse : un symptôme familial générationnel

Elisabeth Darchis

15H30 à 16H Pause

16H à 17H  Conférence et discussion

Clinique des phobies dans la cure

Frédéric Tordo

Conclusions

Pour tout renseignement :

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>