Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Groupe de lecture

22 Août 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Le groupe de lecture redémarre bientôt sur le thème "corps et psyché"; Voici les dates et les textes sélectionnés. Nous vous rappelons que le groupe fonctionne sur le mode du partage et grâce à l'investissement de tous. Les textes sont disponibles au secrétariat de psychiatrie , vous pouvez contacter Madame Francine Martel.

Mercredi 14 Septembre sur Joyce Mc Dougall "Theâtre du corps" chapitres 1 et 2 , présenté par Laurent Rompteaux + ?

Mercredi 14 Décembre sur "Corps et psyché : théorisation" Elsa Schmidt-Kitsikis trouvable sur cairn.info par Elsa Hubert ? + ,

Mercredi 01 Février 2017 sur "douleur d'archive" de Jean Cooren tiré de son ouvrage "L'ordinaire de la cruauté" Marion Lang ? + ?

Mercredi 26 Avril sur les chapitres "identification du corps dans la psychose" et "rôle du corps chez les psychotiques" de Salomon Resnik parus dans "Temps des glaciations" par ? + ?

Mercredi 14 Juin à partir d'un cas clinique tiré de "Structuration dynamique dans la psychose" de Gisela Pankow par Antoine Courtecuisse + ?

Vous le voyez le programme est établi et il reste de la place pour participer.

L'entrée est toujours libre et gratuite

Les rencontres ont lieu de 18h30 à 20h au Cmp Nord, place Navarin à Boulogne sur mer

Si vous voulez travailler un texte avec nous vous pouvez nous contacter par mail à echoterra@orange.fr ou au 06.32.16.52.80

Lire la suite

Groupe de lecture 15/06

10 Juin 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Prochaine réunion du groupe de lecture Mercredi 15 Juin à 18h30 au CMP Nord place Navarin à Boulogne sur mer

Entrée libre et gratuite

Au programme : descriptif des textes sélectionnés, et mise en place du programme pour l'année 2016/2017

Lire la suite

Groupe de lecture

23 Mars 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Lors du précédent groupe nous avons décidé de travailler sur le sujet "corps et psyché", pour ce faire la prochaine rencontre portera sur les choix de textes que nous étudierons par la suite. Chacun est donc invité à venir proposer lors de la prochaine réunion des textes, livres, à mettre au programme.

Prochaine rencontre le Mercredi 06 Avril à 18h30 au CMP Nord, place Navarin à Boulogne sur mer.

Entrée libre et gratuite

Lire la suite

Violence et institutions

8 Février 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

TRANSITION, Didier Drieu, Jean-Pierre Pinel

Collection: Inconscient et Culture, Dunod
2016 - 248 pages - 155x240 mm
EAN13 : 9782100724437

Violence et institution sont indissociablement liées.
Agirs, empêchements de penser, attaques des liens
et de la groupalité, défaite des articulations théoricocliniques,
violences contre l’altérité et l’histoire sont
autant de manifestations d’une destructivité qui ne
trouve à s’intriquer et à se symboliser.
Référés diversement à la psychanalyse, mais partageant
une commune attention à l’écoute des groupes et des
équipes instituées, S. Blondeau, A.-L. Diet, E. Diet, D. Drieu,
G. Gaillard, J.-P. Pinel, P. Roman et J.-P. Vidal explorent la
problématique de la violence dans ses rapports à l’institution.
Les contributions réunies dans cet ouvrage visent à
caractériser et analyser les nouvelles formes de violences
associées aux transformations actuelles du métacadre
social et culturel. Chaque contributeur se donne pour objet,
à sa manière, d’éclairer les violences contemporaines, celles
des sujets accueillis dans leurs pathologies, mais aussi celles
plus insidieuses qui proviennent du métacadre social et
culturel.
Les élaborations proposées par chaque auteur ouvrent des
perspectives pour penser les violences institutionnelles
contemporaines et caractérisent les dispositifs permettant
leur transformation dans une visée symbolisante et
humanisante.

Sommaire Introduction (D. Drieu, J.-P. Pinel)
1. Les mutations dans les institutions (D. Drieu)
2. Agirs violents, pathologies des limites et attaques hypermodernes
des cadres institués (J.-P. Pinel)
3. Violences d’une désacculturation institutionnelle (S. Blondeau)
4. Les figures paradoxales de l’institution : accueil et transformation de la violence dans les institutions (P. Roman)
5. Un organisateur anthropologique méconnu à l’origine du mal-être : la procédure (A.-L. Diet)
6. Ces scènes qui se passent de mots ! (J.-P. Vidal)
7. L’analyse de pratiques à l’épreuve de l’anomie libérale : tenir bon, contenir, interpréter (E. Diet)
8. L’institution et la liaison de la violence : un travail de Sisyphe (G. Gaillard)

Biographie des auteurs
Didier Drieu - DIDIER DRIEU est psychothérapeute, maître de conférences HDR en psychologie clinique et pathologique à l’université de Caen.
Jean-Pierre Pinel - JEAN-PIERRE PINEL est psychologue, psychanalyste, professeur de psychologie à l’université Paris 13.

Violence et institutions
Lire la suite

"Clinique familiale de la périnatalité" E.Darchis

8 Février 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Clinique familiale de la périnatalité

Du temps de la grossesse aux premiers liens

Elisabeth Darchis

Collection: Psychismes, Dunod
Février 2016 - 272 pages - 155x240 mm
EAN13 : 9782100724109

Des modèles théoriques ont accompagné depuis quelques décennies les pratiques de la prise en charge de la dyade mère bébé, de l’interaction mère-père bébé. Mais depuis les années 1990, de nouvelles recherches et pratiques sont apparues concernant la psychanalyse de la famille. Ce livre décrit la théorisation de cette approche familiale psychanalytique périnatale, issue entre autre de la pratique et des recherches de l’auteur. Cette approche groupale de la famille lors de l’arrivée du bébé permet d’explorer le fonctionnement psychique du groupe famille et d’approfondir l’opportunité de techniques thérapeutiques car ces connaissances ouvrent sur des prises en charge et des préventions efficaces en périnatalité.

Sommaire La psychologie familiale périnatale (le temps de la grossesse: psychologie du prénatal, les premiers liens en famille: psychologie du post natal). Défaillances familiales en périnatalite: aléas et pathologies (les aléas du voyage psychique de la grossesse et les liens pathologiques, les différentes configurations). Soin et prévention de la famille en périnatalité (un soin pour des situations particulières, prévention et nouveaux dispositifs, vignettes cliniques)

Biographie des auteurs
Elisabeth Darchis - Psychologue clinicienne, psychanalyste, thérapeute de couple et thérapeute familiale psychanalytique, formatrice, superviseur. Ex présidente de la STFPI et de l'AFED, membre du bureau de la SFTP,

"Clinique familiale de la périnatalité" E.Darchis
Lire la suite

Livre sur Gerard Decherf

8 Février 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Madame, Monsieur, nous avons le plaisir de vous annoncer la parution fin janvier 2016 de "Gérard Decherf,

Un pionnier de la psychanalyse de groupe, de couple, de famille", dirigé par Elisabeth Darchis

Collection

1 PSYCHANALYSTE 1 OEUVRE

A paraître le 27 janvier

ISBN : 978-2-84835-338-8

20 € TTC – France

240 pages

Gérard Decherf

Un pionnier de la psychanalyse de groupe, de couple, de famille

Elisabeth Darchis

Avec Anne-Marie Blanchard

Alberto Eiguer

Christiane Joubert

Laurence Knera

Danièle Quémenaire

Préface de Serge Tisseron - Postface d'Evelyn Granjon

Gérard Decherf est l’un des pionniers de la psychanalyse familiale. Psychanalyste, membre adhérent à la Société Psychanalytique de Paris, il a été l’un des initiateurs des théorisations sur la psychanalyse familiale en France dès les années 1970-1980. Ses travaux ne cessent de révéler leur apport opérant pour le traitement des souffrances familiales.
Cet ouvrage rassemble les contributions de nombre de ceux qui ont croisé sa route. Personnalité généreuse, sensible et passionnée, « ouverte aux autres de par nature » : c’est d’abord cette capacité à la rencontre, cette empathie et ce rayonnement chaleureux qui marquent ces témoignages.
L’ouvrage retrace son parcours, les grands axes de sa recherche, de ses intuitions, de ses travaux collectifs et de son œuvre, mais également de ses amitiés et de son engagement dans la création des premières sociétés de psychanalyse du groupe, du couple et principalement de la famille. Enseignant, formateur, c’est le portrait d’un véritable explorateur de la souffrance familiale qui se dessine à la lecture de ce livre. Celui d’une grande figure de la psychanalyse groupale et familiale.

L'auteur : Elisabeth Darchis, psychologue clinicienne, Psychanalyste Thérapeute de couple et familiale psychanalytique, Membre STFPIF (Ex-Présidente), SFTFP, AIPCF, SFPPG, AFCCC, AENAMT (vice-présidente). Responsable pédagogique d'un DU à Paris VII, auteur de nombreux ouvrages.

Les contributeurs : Anne-Marie Blanchard, Alberto Eiguer, Christiane Joubert, Laurence Knera, Danièle Quémenaire… et de nombreux témoignages de ses amis et collègues

Lire la suite

Fantasmes d'enfant - Enfants du fantasme-Lille 12/03

8 Février 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

samedi 12 mars 2016
à Lille - SKEMA

17ème colloque de l’ALEPH et du CP-ALEPH

Samedi 12 mars de 9h30 à 18h00

Le fantasme ne soutient pas seulement le désir, il prépare aussi la création, voire la procréation – celle d’un nouvel être humain, par exemple. Avant de venir au monde, l’enfant peut être désiré, attendu avec espoir, parfois pour donner un sens à la vie de ses géniteurs1. Or, il est lui aussi l’objet de fantasmes. Ses parents le nomment, le craignent parfois, se l’imaginent, l’identifient à un ancêtre ; ils le découvrent sur une échographie, communiquent déjà avec lui alors qu’il est encore dans le ventre de sa mère. Ces préparations à « l’heureux événement » témoignent des demandes et des désirs que cet être suscite déjà chez ses futurs parents avant même sa conception : si l’enfant descend de ses parents, il est aussi l’enfant de leurs fantasmes.

Pas seulement ! Car depuis plusieurs décennies, le triangle idyllique (et parfois infernal) du père, de la mère et de l’enfant, est passablement dérangé par un intrus, nommé « la science ». La recherche génétique et médicale a fait pâlir le privilège de la procréation par l’union « naturelle » d’un homme et d’une femme. L’assistance médicale à la procréation (PMA) donne aujourd’hui leur chance à des êtres humains qui étaient auparavant exclus de la parentalité : hommes ou femmes de même sexe ; hommes ou femmes stériles. C’est d’autant plus nécessaire que l’adoption se raréfie, et le seul reproche que l’on peut faire à la recherche scientifique est que ses résultats sont encore fragiles et partiels. Mais certains vivent cette intervention de la science dans la vie, jadis supposée réglable par l’alliance du naturel et du sacré, comme un sacrilège et, quand un enfant naît d’une gestation pour autrui, il est traité « comme autrefois les bâtards2 ». Que la science puisse maintenant se mêler de la vie intime du sujet mobilise des fantasmes, insultes et anathèmes réactionnaires, amplifiés récemment par la « Manifestation pour tous ».

Peu d’adultes déposent le lorgnon du fantasme quand ils se trouvent face à un enfant qui leur est cher. Ils attendent de lui ou d’elle qu’il réalise les idéaux qu’ils n’ont pas réussi à atteindre. Ils adhèrent parfois au fantasme « On tue un enfant3 » et, dans certains cas tragiques, devenant infanticides, lui reprennent même la vie réelle qu’ils lui avaient donnée.

L’enfant, quant à lui, fantasme à son tour. Pendant ses premières années, son fantasme répond souvent à ses interrogations existentielles, auxquelles il ne reçoit pas les réponses qu’il attend de l’autre. Tel le roman familial, les fantasmes primaires ont pour l’enfant la fonction de suppléer aux défauts de ses propres recherches sexuelles. Le fantasme de l’enfant s’élabore selon trois versants : il cherche sa place dans le désir de l’autre, il veut sortir de son désarroi face aux énigmes de la différence sexuelle et il s’interroge sur ses origines.

Freud comparait le fantasme à une « réserve d’Indiens Rouges4 ». Il n’est pas sûr que ce monde à part existe encore pour l’enfant de nos jours quand il a acquis la parole. Dès qu’il dispose de la compétence linguistique, il évolue aussi dans l’espace du numérique. Il excelle souvent dans les jeux informatiques toujours plus sophistiqués. Ces jeux devancent parfois son imagination. Il joue ainsi aussi à la guerre alors que d’autres enfants, moins chanceux que lui, doivent déjà la faire dans un réel mortifère.

Le fantasme augmente et célèbre la vie, et l’enfant peut être son fruit. Mais il existe aussi des fantasmes qui amènent à la destruction. Le développement de la science et de la technologie défie le fantasme comme fenêtre sur le réel et ensevelit souvent le sujet sous un flot d’images obscènes. Il est donc temps de réarticuler avec Lacan « la logique du fantasme » grâce à laquelle le sujet peut trouver dès son enfance son être de désir. Dans ce cas, l’être parlant a une chance non seulement de vivre en accord avec son désir mais aussi de sublimer ses fantasmes en réalisant des projets porteurs de vie en faveur de la communauté humaine.

1 Il est « pôle d’attentes ». Cf. Jacques Lacan, « Remarques sur le Rapport de Daniel Lagache », Écrits, Paris, Le Seuil, 1966, p. 652.
2 Comme le dit la sociologue Irène Théry dans une interview de Libération, vendredi, 19 juin 2015.
3 Serge Leclaire, On tue un enfant. Paris, Le Seuil, 1975.
4 En allemand « Schonung ». Cf. Sigmund Freud, « Der Realitätsverlust bei Neurose und Psychose », in Gesammelte Werke, XIII, Francfort, 1969, p. 367.

Les intervenants au colloque seront:

Marie Lenormand : Fantasme(s) de l’enfant, théories infantiles et roman familial

Ces trois termes ont trait à l’activité du « phantasieren » – imaginer/fantasmer – chez l’enfant. Comment s’articulent-ils et/ou se différencient-ils ? Comment nous permettent-ils de penser la cure avec l’enfant et notamment sa fin ? En tant que « solutions » aux énigmes insolubles qui se posent à l’enfant, doit-on les considérer sur le versant où elles viennent « faire écran » ou plutôt sur celui de « l’invention »? Ces deux versants sont-ils dissociables ? Quelles conséquences pour la cure avec l’enfant et son caractère ou non achevable ?

Vincent Le Corre : Mythe et fantasme chez un enfant

Freud a révolutionné la compréhension des mythes en les reliant au fantasme. Lacan a éclairé cette articulation grâce à sa lecture de Levi-Strauss. Si le fantasme soutient et organise le désir, il donne également forme au jeu des enfants. Toutefois, ce dernier peut prendre une tournure compulsive. Ainsi, un enfant a inventé, au seuil de la puberté, un jeu qui s’est transformé, au cours de sa psychothérapie, en l’élaboration fantasmatique autour d’un mythe individuel.

Franz Kaltenbeck : « On dirait un môme »

L'enfant n'est pas seulement le pôle d'attente ou le support narcissique de ses parents, ce revenant qui leur permet d'accéder à l'immortalité, selon Freud.

Pour les grands dramaturges, il est aussi celui qui révèle le destin (Shakespeare, Macbeth) ou un messager (Beckett, En attendant Godot et Fin de partie). Nous consacrerons notre exposé à ces fonctions dramatiques de l'enfant, peu abordées par la psychanalyse.

Sylvie Boudailliez : Enfant de l’adultère et enfant « à tout prix »

Le fantasme qui soutient le désir d’enfant est traversé par l’histoire de ses parents et est parfois marqué par les tourments de sa conception.
Le cas illustrera comment pour cette mère, le désir d’enfant « à tout prix » est empreint d’une part d’un désir de vengeance, de règlement de compte et d’autre part d’une difficulté à procréer, intriquée à problématique œdipienne, qui conduit la jeune femme à une démarche de FIV.

Coupure

Iris Kaltenbäck : « Le vol des cigognes » (film : fiction, 2015, 29 min) - La fémis, France

Un soir, dans une maternité, Ana enlève un nouveau-né. Quelques jours plus tard Julien, son compagnon, rentre de l’armée. Ana l’accueille avec leur bébé…

Lyasmine Kessaci : Le réel du fantasme

« Un enfant est battu » : écriture ordinaire du fantasme, selon Freud.
« Un enfant est malade » : version actuelle, et dramatisée, du même fantasme ?
Peut-être. À ceci près que c’est aussi une réalité que certaines mères peuvent induire, en secret, et exhiber pourtant, sous couvert de demander à l’autre médical de soigner l’enfant. c’est ce qu’on a appelé, à la fin des années 70, le syndrome de « Münchhausen par procuration ». Une mise en acte d’un extrême du fantasme ? C’est ce dont nous discuterons à partir de l’examen de quelques cas cliniques et en nous laissant guider par leur enseignement.

Daisuke Fukuda : Fantasme d'un enfant transpercé par les mots

Le résumé : Il s'agit d'un jeune homme très doué en littérature voulant devenir poète dès son enfance. Il exploitera, ne serait-ce que assez timidement, le système compliqué de l'écriture japonaise. A 20 ans, il renoncera à la poésie pour des raisons énigmatiques. Je voudrais élucider la raison de ce renoncement dans son rapport avec son fantasme.

Geneviève Morel : Meurtrières au nom d’un enfant

On s’intéresse plus aux mères infanticides qu’à celles qui tuent pour leur enfant. Peut-être parce qu’on croit à l’instinct maternel : à la différence des premières - ces criminelles dénaturées -, on considère, sans bien se l’avouer, le geste des secondes comme admirable. En effet, leurs meurtres ne concentrent-t-il pas l’essence d’une maternité idéale bien que poussée à l’extrême ?
Et si ces meurtres étaient au fond plus cyniques qu’idéalistes ?
Évoquons seulement ici la noble romaine Cornelia qui voulut rester dans l’Histoire avec le seul nom de « la mère des Gracques ». Ses enfants, pour lesquels elle refusa la main d’un Roi, n’étaient pas seulement son idéal puisqu’elle affirmait, selon Plutarque, qu’ils étaient ses seuls bijoux donc, peut-on en déduire, ses seuls bien et exclusive possession.
J’explorerai, à partir d’exemples, l’aperçu ouvert par de tels meurtres sur le fantasme féminin et la place qu’y prend l’enfant : idéal ou cause plus matérielle du désir ?

Lire la suite

Colloque ALPACE 2016

12 Janvier 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Colloque ALPACE 2016

Quelles traces laissent les expériences infantiles ?

Le vendredi 8 avril 2016

Centre de Congrès, Saint-Étienne

André CAREL - Albert CICCONE - Pierre DELION - Alain FERRANT - Didier HOUZEL - Simone KORFF-SAUSSE - Asha PHILLIPS

Audrey ANDRÈS - Catherine BONNEFOY- Gaëlle BONNEFOY - Éric CALAMOTE - Déborah DERONZIER - Élodie PAGLIAROLI - Valérie ROUSSELON

ALPACE

Association Lyonnaise pour une Psychanalyse À partir de la Clinique de l’Enfant

en partenariat avec le

CERCL 26 07

Centre d’Études et de Recherches Cliniques Drôme Ardèche

Lire la suite

LES SÉMINAIRES THEMATIQUES DU CIPA 2016

10 Janvier 2016 , Rédigé par laurent rompteaux

Collège International de Psychanalyse

et d’Anthropologie

LES SÉMINAIRES THEMATIQUES DU CIPA

Cycle de formation 2016

Co-animation : M. Brouta et M.-L. Dimon

Approfondissement des effets de la modernité dans la clinique :

« Politiques du marché et Cultures dans le transfert »

Samedi 30 janvier 2016, de 14h à 17h

Les effets de la politique sur la psyché

avec Janine Puget et Louis Moreau de Bellaing

FIAP Jean Monnet

30 rue Cabanis 75014 Paris

Samedi 28 mai 2016, de 14h à 17h

Les transferts culturels

avec Daniel Delanoë et Michel Brouta

Institut Protestant de Théologie

83 Boulevard Arago 75014 Paris

Lire la suite

POURQUOI LA GUERRE ? 30/01/16 Paris

18 Décembre 2015 , Rédigé par laurent rompteaux

PROGRAMME

SAMEDI 30 JANVIER 2016
de 13h30 à 18h


13h30 - Ouverture du colloque
Françoise Coblence et Denys Ribas

14h00 - Table ronde
Modérateur : Benoît Servant

Gilbert Diatkine : La dictature de la raison
Vassilis Kapsambelis : Guerre et paix en territoires psychotiques
Laurence Bertrand Dorléac : Pourquoi nous n’aimons plus la guerre

15h45 - 16h15 Pause

16h15 Table ronde
Modératrice : Aline Cohen de Lara

Dominique Tabone-Weil : Guerre amoureuse, guerre destructrice
Catherine Chabert : La guerre des frères
Denys Ribas : Pourquoi la paix ?

17h45 Conclusion

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>